k b a j c

EST-IL DE BON TON DE PARLER DES VACANCES ?

Ce dernier mois (provisoire …) d’activité nous amène à laisser quelque peu nos thèmes habituels pour ouvrir cette période estivale sur une note que nous espérons réjouissante !

Mais au fait, quelle est l’origine des vacances ?

Cette tradition s'enracine dans la vie urbaine par opposition au monde agricole qui, à cause du climat, ne dicte pas un rythme de travail continu tout au long des saisons. En ce sens, à la campagne, les périodes de vacances s'intercalent naturellement entre les périodes de travail et de labeur. Au Moyen Âge, il existe déjà des "vacances" en Europe. Celles-ci correspondent aux temps des moissons et des vendanges en été, période où les universités ferment leurs portes afin de permettre aux étudiants de travailler dans les champs. Un peu plus tard, au XIXe siècle, les vacances deviennent une coutume répandue dans l'aristocratie et la bourgeoisie. Elles correspondent à la période de l'année où les classes supérieures de la société quittent leurs demeures principales (qui deviennent ainsi … vacantes !) afin de se rendre dans les résidences secondaires et profiter de la nature, du grand air et des bienfaits du climat marin pour la santé. Le romantisme est à son apogée. Du côté de l'Angleterre, l'économie est en avance sur son temps. Les Anglais ont été les premiers à populariser les stations balnéaires, d'abord sur leurs côtes, puis de l'autre côté de la Manche (Deauville, Dinard, etc.) et enfin dans le sud de la France (sur la Côte d’Azur : Nice, Cannes et Marseille). Vers de la fin des années trente, avec l'apparition des congés payés qui se concentrent dans la période estivale, les vacances deviennent plutôt un moment où l'on bouge, où l'on voyage et découvre de nouveaux horizons. C'est un moment d'aventure et de découverte qui maintient toutefois l'idée du ressourcement et du laisser vivre. Avec le développement de la publicité et les enjeux commerciaux qu'elles représentent, les vacances deviennent incontournables bien qu'elles restent hélas inaccessibles encore à un grand nombre d’individus et de familles…

Cette base historique étant posée, voici un petit florilège de citations sur cette période tant attendue… et si vite passée !

Le secret du succès est de faire de ta vocation tes vacances.
Mark Twain

Être en vacances, c'est n'avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire.
Robert Orban

Si l'on passait l'année entière en vacances, s'amuser serait aussi épuisant que travailler.
William Shakespeare

Le farniente est une merveilleuse occupation. Dommage qu'il faille y renoncer pendant les vacances, l'essentiel étant alors de faire quelque chose.
Pierre Daninos

On ne saurait aller chercher trop loin le plaisir de rentrer chez soi.
Paul Morand

Les seules vacances de l'homme sont les neuf mois qu'il passe dans le sein maternel.
Frédéric Dard

Il n'y a pas de vacances à l'amour, ça n'existe pas. L'amour, il faut le vivre complètement avec son ennui et tout, il n'y a pas de vacances possibles à ça.
Marguerite Duras

Rien de tel que des vacances ratées pour vous réconcilier avec une vie de labeur.
Arnold Bennett

Rien n'use plus promptement que les vacances, quand elles se prolongent.
Jean-Christophe Rufin

Il n'y a d'homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie.
Alphonse de Lamartine

On n'a jamais vu un aveugle dans un camp de nudistes.
Woody Allen

Si vous voulez aller sur la mer sans aucun risque de chavirer, alors n'achetez pas un bateau : achetez une île !
Marcel Pagnol

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.
Marcel Proust

Nous avons hésité un moment entre un divorce ou des vacances. Nous avons pensé que des vacances aux Bermudes, c’est fini en deux semaines alors qu’un divorce, ça dure toute la vie.
Woody Allen

On voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées.
Hippolyte Taine

Pourquoi, en vacances, s'obstine-t-on à choisir douze cartes postales différentes alors qu'elles sont destinées à douze personnes différentes ?
Sacha Guitry

La vraie paresse, c'est de se lever à 6 heures du matin pour avoir plus longtemps à ne rien faire.
Tristan Bernard

Bel été à tous et rendez-vous en septembre !