k b a j c

NOUVELLE ANNEE : L’ART DE FAIRE LE POINT… (Thématique L'individu - Décembre 2016)

La fin d’année est souvent une période propice aux bilans, bilans face à nous-même mais aussi dans la lecture des résultats et l’avancement de nos projets. Considérons qu’il s’agit parfois d’un moment complexe car nous réalisons que ce que nous avions prévu pour l’an qui se termine n’est pas vraiment accompli ou n’est pas à la hauteur de nos aspirations. La déception risque d’être au rendez-vous et il est facile de se juger, de vouloir abandonner voire de perdre le goût de se donner de nouveaux objectifs pour les mois à venir par crainte d’un hypothétique échec !

Nous traiterons successivement ici :

Il est incontestablement intéressant de passer par une période de remise en question quand nous n’atteignons pas nos objectifs ; ceci posé, cette remise en question doit être profitable et non destructrice de nos rêves, de l’estime que nous nous portons comme de notre énergie créatrice.

Pour ce faire, nous vous proposons une méthode constructive en 5 étapes destinées à « lire », aussi objectivement que possible, le chemin parcouru au cours de l’année qui s’achève.

1. Rappelons-nous le SENS de ce nous avons choisi de faire.

Nous parlons ici d’une motivation profonde qui donne une orientation (un sens donc) à ce que nous entreprenons. Cela va au-delà du « gagner sa vie » mais touche généralement une posture reliée, par exemple, à une contribution au bien commun et/ou au bonheur de celles et ceux qui nous entourent ; exprimons ainsi plus librement ce qui nous fait vibrer, nous anime et nous motive.

Evaluons cette motivation quant à l’inspiration qu’elle nous procure en tant que levier de l’action. Face à ce questionnement, n’hésitons pas à procéder à d’éventuels ajustements.

2. Reconnaissons et célébrons le chemin parcouru.

Il est fréquent de vouloir nous fixer plusieurs objectifs annuels tant dans notre vie personnelle que professionnelle et la fin de l’année apparait souvent comme un butoir auquel se heurtent nos espérances déçues ! Même s’il est important de savoir où l’on se situe en regard des objectifs en question, il est tout à fait essentiel de considérer en tout premier lieu le chemin parcouru. Nous réaliserons ainsi que la liste des « missions accomplies » est beaucoup plus longue que ce qu’une simple observation subjective nous amènerait à faussement constater.

Car ce parcours ne relève pas seulement de ce qui a été concrètement réalisé mais aussi (et surtout !) de ce que nous avons appris, de la prise de conscience des évolutions positives qui ont été les nôtres, des défis que nous avons relevés, des émotions et peurs que nous avons acceptées pour mieux les dépasser, etc.

Apprenons à clore des situations restées en suspens, à « fermer les boucles » chères à la Gestalt Thérapie ou bien encore à déterminer les actions nécessaires pour compléter ce qui vaut la peine de l’être ; il y a dans cette démarche une véritable mine d’énergie utile. N’emportons avec nous, en 2017, que ce qui est nécessaire.

3. Autorisons-nous une expression du cœur et non de la seule raison

Demandons à « à cette partie qui sait en nous » (Voltaire définit ainsi le cœur dans « dialogues et entretiens philosophiques ») : quel est la nature de mon désir profond ? Quelles sont les voies qu’il m’est donné de CHOISIR pour en permettre la réalisation ? Donnons-nous la peine d’écouter en nous, sincèrement, la réponse et constatons que c’est le tracé du chemin qui crée une dynamique de transformation profonde et non la seule atteinte d’une finalité prédéfinie. Si l’on veut donner au voyage de l’année l’élan du cœur, il est à l’évidence préférable d’utiliser les sentiers du plaisir plutôt que de systématiquement emprunter, souvent par devoir, les autoroutes de nos représentations raisonnables !

4. Prenons soin de nous

Nous ne reviendrons pas dans ces lignes vers les fameuses « bonnes résolutions » de janvier (je me mets au sport, j’attaque un régime, je lis un livre par semaine, etc.) dont il faut bien dire qu’elles ne s’installent que rarement dans une continuité résolutoire. En revanche, si l’un ou plusieurs de ces souhaits annuels sont tournés vers nous et non vers la seule image sociale que nous voulons adresser aux autres (« le sport, ça fait dynamique, la lecture, ça fait cultivé, … »), l’approche que nous aurons des résolutions en question sera toute autre (« le sport est bon POUR MOI, la lecture est intéressante POUR MOI »), sans égocentrisme excessif mais avec une adresse personnelle, dédiée qui ancrera, sans doute avec plus de succès, ces comportements dans la réalité de notre estime de … nous-même !

5. Utilisons tous nos sens pour créer notre vision.

Imaginons comment nous nous sentirons lorsque nos objectifs auront été atteints, ressentons-le, visualisons-le, écoutons-nous … Utiliser notre imaginaire, c’est nous permettre d’ancrer en nous cette vision de nous et pour nous ; il s’agit là d’un processus puissant et immédiatement accessible. Restons en éveil quant aux opportunités, aux messages, aux signaux qui nous sont adressés dans cet esprit pour « booster » l’énergie de nos rêves.

Très belles Fêtes de fin d‘année à tous.